NOTRE VIE DANS L’EGLISE ET NOTRE TÉMOIGNAGE DE FOI

Publicado en por P. Silvio Moreno, IVE

NOTRE VIE DANS L’EGLISE ET NOTRE TÉMOIGNAGE DE FOI

Un jour, fatigué, le diable décida de prendre sa retraite.Comme sa couverture sociale n'était pas suffisante, il décida, pour arrondir ses fins de mois, de vendre sa trousse à outils.Tout était là : la méchanceté, l'envie, la jalousie, la haine, l'avidité, la suffisance, le mépris, le cynisme, etc. Mais l'un des outils était à part et semblait beaucoup plus usé que les autres. Intrigué, un passant lui demanda : « Qu'est-ce que cet outil, et pourquoi le vendez-vous beaucoup plus cher que les autres? » Le diable répondit : « C'est le découragement. » Mais l'autre insista : « Pourquoi vendez-vous le découragement beaucoup plus cher ? - C'est très simple. C'est l'outil le plus facile à enfoncer dans le cœur de quelqu'un. Et lorsque le découragement y a été introduit, il est beaucoup plus facile d'introduire tous les autres outils, quels qu'ils soient. »

Ne vous laissez pas décourager... après cette lettre peut - être vous aurez ce sentiment de découragement, mais ne vous laissez pas décourager… n’ayez pas peur… Christ est avec nous.      

La première chose qu’il faut dire c’est que pour nous engager dans la vie de l’Eglise et rendre témoignage de notre foi auprès des autres, il n’y a pas de méthode ou de système tout fait, ou de slogan trop rapide… il faut partir ferme de la réalité, même si celle-ci est difficile. Donc pour pouvoir travailler dans l’Eglise et pouvoir faire du bien aux autres, spécialement à ceux qui sont loin et ont plus besoin de nous, il faut se poser la question suivante : Pour nos jeunes aujourd’hui, pour les filles aujourd’hui en Tunisie, la réalité quelle est-elle ? Difficulté morale, économique et humaine : Maison-université, université-maison… facebook, internet, mauvaise amitiés, solitude, manque de nourriture, manque d’argent pour le loyer, manque d’argent pour l’université, pression des parents, etc. Finalement ces situations d’ombre conduit à la recherche, même légère, du loisir et du plaisir… plaisir qui malheureusement souvent s’exprime dans la chair…

Une grande intuition aujourd’hui c’est de savoir que le loisir est un lieu privilégié pour la construction de la personnalité du jeune. A  travers le théâtre, le chant, le sortie culturelle, le sport, des puissances de vie du jeune se développent, que l’exercice intellectuel de l’université ne permettent pas de développer ou que le loisir passif procuré par l’internet, facebook, la télévision étouffe.

Deuxièmement, partir du réel, c’est tenir compte de la situation sociale du jeune. Je pense qu’il existe une mentalité spécifique au monde des jeunes, mais je pense aussi que l’influence de la classe sociale d’origine, de la culture, et de la tribu peuvent produire des vrais conflits dans la vies des jeunes. Il y a actuellement un grand défi d’évangélisation au niveau de la culture africaine pour nos jeunes africaines en Tunisie. 

 

Don Bosco disait : « Mon système repose tout entier sur la raison, la religion et l’affection ».

Permettez-moi de vous exprimer ma pensée par rapport à cet idée de Don Bosco, et que doit constituer la base de notre pastorale de jeunes.  

1) Par rapport à la raison nos jeunes sont capables de connaître les pourquoi d’une interdiction, c’est pourquoi il faut faire dialoguer nos jeunes pour qu’ils découvrent par eux-mêmes la valeur de certains règles, de certaines interdictions, etc. Plutôt que de se retrancher dans ses convictions toutes faites ou acquises par son expérience, le jeune doit apprendre à « lire » sa propre expérience d’adolescent et de jeune accompagné par quelqu'un… quelqu’un qui ait une véritable foi. Nous l’appelons un « accompagnateur spirituel ».   

2) Par rapport à la foi je dirais il y a deux intuition : il faut savoir que la personne du jeune ne prend pas toute sa dimension que s’il découvre son orientation spirituelle. En tout jeune il y a un « saint » qui sommeille. En tout jeune il y a quelqu’un qui peut reconnaître que Dieu est passionné de lui. En tout jeune il y a quelqu’un qui peut se passionner pour Dieu. Vouloir inviter à la foi, cela suppose qu’on s’enracine soi-même le plus possible dans la foi. Pour cela le témoignage, la façon de vivre, plus que toute autre chose, est très important. Cela conduit aussi à prendre nos distances par rapport au monde (en sens négatif) d’aujourd’hui. Alors dans notre milieu, là où nous sommes, nous devons vivre l’évangile dans quatre grandes dimensions de notre vie : la sexualité (à travers la pudeur et la pureté), l’argent (à travers le détachement du matériel), le pouvoir (à travers l’humilité), et la violence (par la miséricorde et le pardon).

Second intuition : la prise en compte de la diversité des situations de foi des jeunes. Certains sont plus avancés que d’autres. Voilà pourquoi il est important l’apostolat des jeunes par les jeunes. Le pape François disait dans sa première exhortation apostolique «  L’Évangile de la Joie » : « Qu’il est beau que des jeunes soient « pèlerins de la Foi », heureux de porter Jésus dans chaque rue, sur chaque place, dans chaque coin de la terre ! ». Aujourd’hui, ici en Tunisie, avec discrétion et prudence, il faut tenter de retrouver cela, notamment en faisant des propositions différentes de foi aux jeunes qui nous entourent, nos camarades… Quelles propositions pour nos jeunes de la Cathédrale aujourd’hui ?

3) L’affection : je crois qu’il est important que non seulement les jeunes soient aimés mais qu’ils se sachent aimés. A mon avis nos jeunes doivent savoir et nous sentir proche, être familier, certainement qui veux être aimé doit montrer qu’il aime. Pour cela notre pastorale des jeunes doit être la tentative de créer un climat de famille où il fait bon de vivre parce qu’on s’aime. Il s’agit de faire notre les angoisses des jeunes, et partager leurs espérances et leurs joies, c’est tenter de comprendre le jeune, c’est en définitive être convaincu, comme disait Don Bosco, qu’à la base de toute compréhension, il y a moins les idées et le raisonnement que l’amour.

Un roi africain avait un ami d'enfance qui était très proche de lui. Cet ami avait une habitude curieuse : quel que soit l'événement qui lui arrivait dans la vie, positif ou négatif, il disait : « C'est génial ! » Un jour le roi et son ami partirent à la chasse. Son ami prépara les fusils pour le roi. Mais il fit sans doute une bêtise, car un des fusils explosa dans les mains du roi et le priva de son pouce. Au moment ou cet accident arriva, l'ami dit, comme d'habitude : « C'est génial ! »

A cela le roi, qui était vraiment en colère, lui dit : « Non, ce n'est pas génial du tout, » et en donna la preuve à son ami en le jetant en prison.

Un an plus tard, le roi chassait hors de son royaume et des cannibales le capturèrent et le firent prisonnier dans leur village. Ils l'attachèrent à un tronc, mirent du bois autour de lui et s'apprêtèrent à le faire griller vif pour le manger.

Mais au moment où ils allaient mettre le feu, ils  s'aperçurent qu'il lui manquait un pouce. Une de leurs croyances étant qu'en le mangeant il leur arriverait la même chose, ils détachèrent le roi et le laissèrent partir.

Sur le chemin du retour, exténué, choqué, il se souvint des circonstances dans lesquelles il avait perdu son pouce. A peine arrivé, il se fit conduire à la prison pour parler avec son ami. « Tu avais raison, mon ami, dit-il, c'était génial que je perde mon pouce. » Et il raconta à son ami ce qui lui était arrivé. « Je te supplie de me pardonner de t'avoir laissé croupir en prison si longtemps. C'était mal de ma part de t'avoir fait cela. »

Son ami lui répondit : « Mais non, c'était génial au contraire !

- Qu'est-ce que tu veux dire ? Génial de te jeter en prison, toi, mon ami ?

- Si je n'avais pas été en prison, j'aurais été avec toi. Et ils m'auraient mangé. »

Mes chers enfants, ce qui nous arrive dans la vie ne semble pas toujours avoir de sens. Mais en gardant une attitude positive, vous lui trouverez toujours un sens. Soyons, donc, très optimiste et plaine d’espérance dans cet aventure à laquelle nous sommes appelés par le Christ. 

Etiquetado en Pastorale

Comentar este post