EDUCATION A LA CHASTETE

Publicado en por P. Silvio Moreno, IVE

EDUCATION A LA CHASTETE

C’est la question qui se pose… la chasteté est importante, mais comment donc l’obtenir ? Le langage peut varier mais la doctrine est toujours la même. Cela veut dire qu’il y a des principes importants à apprendre et que si nous ne faisons pas un travail sérieux afin de pouvoir pratiquer ces principes il y n’aura pas de vie chaste.

Selon l’enseignement de l’Eglise une bonne éducation à la chasteté doit atteindre trois objectifs: a) conserver dans la famille un climat positif d'amour, de vertu et de respect des dons de Dieu, en particulier du don de la vie; b) aider graduellement les enfants et les jeunes à comprendre la valeur de la sexualité et de la chasteté en soutenant leur maturation par la parole, l'exemple et la prière; c) les aider à comprendre et à découvrir leur propre vocation au mariage ou à la virginité consacrée pour le Royaume des cieux en harmonie avec les aptitudes, dispositions et dons de l'Esprit qui leur sont propres, et dans le respect de ces dispositions[1]. Ce dernier point est important parce que cette éducation donne liberté à la personne de suivre la volonté de Dieu et non pas ses sentiments ou passions.

http://www.parroquiadesanbenito.com/wp-content/uploads/2012/01/PUREZA-Y-CASTIDAD.jpg

Mais l’Eglise insiste sur le fait que cette tâche est la première obligation des parents, et que personne d’autres ne peut occuper leur place. Sur ce point le Magistère de l'Eglise s'est exprimé clairement, en relation avec l'ensemble de la question de l'éducation des enfants: « Le rôle éducatif des parents est d'une telle importance que, en cas de défaillance de leur part, il peut difficilement être suppléé. C'est aux parents, en effet, de créer une atmosphère familiale, animée par l'amour et le respect envers Dieu et les hommes, telle qu'elle favorise l'éducation totale, personnelle et sociale, de leurs enfants. La famille est donc la première école des vertus sociales nécessaires à toute société»[2]. Il ne faut jamais oublier pour cela que les parents sont les premiers et les principaux éducateurs de leurs enfants et qu’ils ont aussi une compétence fondamentale dans ce domaine: ils sont éducateurs parce que parents. C’est leur droit et leur devoir.

Mais l’Eglise insiste aussi et met en garde les parents sur le contexte actuel de l’éducation à la chasteté. Elle dénonce l'utilitarisme en tant que civilisation de la production et de la jouissance, une civilisation "des choses" et non des "personnes, une civilisation dans laquelle les personnes sont utilisées comme on utilise des choses... Pour s'en convaincre, il suffit d'examiner certains programmes d'éducation sexuelle, introduits dans les écoles souvent malgré l'avis contraire et même les protestations de nombreux parents. Voilà pourquoi aujourd’hui plus que jamais et dans un tel contexte, il est nécessaire que les parents, se référant à l'enseignement de l'Eglise, et avec son appui, revendiquent ce qui est leur tâche, et, s'associant là où cela est nécessaire, développent une action éducative inspirée par les vraies valeurs de la personne et de l'amour chrétien, prenant là une position claire qui l'emporte sur l'utilitarisme éthique.

Eléments d’éducation

Voici quelques éléments pour une bonne éducation à la chasteté et au vrai amour conjugal. Positivement il faut dire que les éducateurs doivent :

- Eduquer non seulement à la vertu de chasteté mais aussi à l’ensemble des vertus qui aident la chasteté : « Il est par conséquent nécessaire de souligner le fait que l'éducation à la chasteté est inséparable de la tâche de cultiver toutes les autres vertus, et, en particulier, l'amour chrétien qui est caractérisé par le respect, l'altruisme et le service et qui, en définitive, a pour nom charité. La sexualité est un bien de grande importance, qu'il est nécessaire de protéger en suivant l'ordre de la raison illuminée par la foi… Il en découle que l'éducation à la chasteté «implique nécessairement la maîtrise de soi, laquelle présuppose des vertus comme la pudeur, la tempérance, le respect de soi et des autres, l'ouverture au prochain »[3].

https://s-media-cache-ak0.pinimg.com/736x/22/1a/a9/221aa98e188ecf07f88c95fb539deeaf.jpgPudeur et modestie : « La pratique de la pudeur et de la modestie, dans le parler, l'agir et l'habillement, est très importante pour créer un climat adapté à la maturation de la chasteté; mais elle doit être bien motivée par le respect dû à son propre corps et à la dignité des autres. Comme il a été dit, les parents doivent veiller afin que certaines modes et certaines attitudes immorales ne violent pas l'entrée de la maison, en particulier à travers un mauvais usage des mass media »[4]. Dans un autre écrit nous avons parlé du problème de la cyberdépendance.

Juste intimité : « En étroite connexion avec la pudeur et la modestie, qui sont une défense spontanée de la personne qui refuse d'être vue et traitée comme objet de plaisir au lieu d'être respectée et aimée pour elle-même, on doit considérer le respect de l'intimité: si un enfant ou un jeune voit qu'on respecte sa juste intimité, alors il saura que l'on attend de lui une attitude semblable vis-à-vis des autres. De cette façon, il apprendra à cultiver son sens propre de responsabilité vis-à-vis de Dieu, développant sa vie intérieure et son goût de la liberté personnelle, qui le rendent capable de mieux aimer Dieu et les autres »[5].

La maitrise de soi : « Tout cela nous ramène de façon générale au contrôle de soi, condition nécessaire pour être capable de faire don de soi. Les enfants et les jeunes doivent être encouragés à estimer et à pratiquer l'auto-contrôle et la retenue, à vivre avec ordre, à faire des sacrifices personnels dans un esprit d'amour pour Dieu, de respect de soi et de générosité pour les autres, sans étouffer les sentiments et les tendances, mais en les canalisant dans une vie vertueuse ». Du coup l’importance de savoir éduquer positivement dans la mortification personnelle.  

-Aider à la bonne compréhension du rôle de paternité et maternité responsable. Ainsi la formation des jeunes à la chasteté devra devenir une préparation à la paternité et à la maternité responsables qui «se rapportent directement au moment où l'homme et la femme, s'unissant "en une seule chair", peuvent devenir parents. C'est un moment riche et spécialement significatif pour leurs relations interpersonnelles comme pour le service qu'ils rendent à la vie: ils peuvent devenir parents — père et mère — en communiquant la vie à un nouvel être humain. Les deux dimensions de l'union conjugale, l'union et la procréation, ne peuvent être séparées artificiellement sans altérer la vérité intime de l'acte conjugal même »[6].

Et dans sons aspects négatifs il faut en générale apprendre aux enfants et aux jeunes à éviter les falsifications de l’amour :  

- La Contraception et la procréation artificiel : les éducateurs ne peuvent pas passer sous silence la gravité morale que comporte la séparation de la dimension unitive d'avec la dimension procréative dans le cadre de la vie conjugale, telle qu'elle se réalise surtout avec la contraception et dans la procréation artificielle: dans le premier cas, on entend rechercher le plaisir sexuel tout en intervenant sur l'expression de l'acte conjugal afin d’éviter une conception: dans le second cas, on recherche la conception en substituant une technique à l'acte conjugal. Cela est contraire à la vérité de l'amour conjugal et à la pleine communion des époux.

Tout à l’heure nous présenterons par rapport à ce sujet un résumé de la doctrine du Bienheureux pape Paul VI dans son extraordinaire encyclique ‘Humanae Vitae’. Encyclique, d’ailleurs, que tous les jeunes fiancés et les époux devraient lire et étudier ensemble.

- Stérilisation et avortement : Il est également nécessaire de présenter aux jeunes les conséquences, toujours graves, qui dérivent de la séparation de la sexualité et de la procréation lorsqu'on arrive à pratiquer la stérilisation et l'avortement, ou à poursuivre la pratique de la sexualité dissociée de l'amour conjugal, avant et au dehors du mariage (nous avons déjà parlé des relations sexuelles avant le mariage).

- La théorie du gendre : c’est le grand problème d’aujourd’hui. Il faut aussi rappeler comment, dans les sociétés économiquement développées, les adolescents sont préoccupés et parfois perturbés non seulement par les questions de l'identité de soi, de la recherche de leur plan dans la vie, et de l'intégration de la sexualité dans une personnalité mûre et bien orientée, mais encore par l'acceptation de soi et de son corps. Il se crée des centres spécialisés de consultation et de cure pour adolescents souvent caractérisés par des conceptions purement hédonistes. Une saine culture du corps, conduisant à s'accepter soi-même comme don et incarnation d'un esprit appelé à l'ouverture à Dieu et à la société devra accompagner la formation durant cette période hautement constructive mais non dénuée de risques.

Face aux propositions des groupes hédonistes, en particulier dans les sociétés du bien-être, il est très important de faire valoir aux jeunes les idéaux de solidarité humaine et chrétienne et de leur indiquer les modalités concrètes pour s'engager dans les associations et les mouvements d'Eglise et dans le bénévolat catholique et missionnaire.

Les amitiés sont très importantes durant cette période. Suivant les conditions et les usages sociaux du lieu où ils vivent, l'adolescence est un temps où les jeunes jouissent d'une plus grande autonomie dans leurs rapports avec les autres et vis-à-vis des horaires de la vie de famille. Sans restreindre leur juste autonomie, les parents doivent savoir dire non à leurs enfants lorsque cela est nécessaire et en même temps cultiver chez eux le goût de ce qui est beau, noble et vrai. Ils doivent aussi faire attention à l'estime de soi de l'adolescent, qui peut passer au travers d'une phase de confusion lorsqu'il devient incertain à propos de la dignité personnelle et de ses exigences[7].

Dans le cadre de l’amour

Premièrement créer un climat favorable à l’amour. Un principe important à considérer lors de l’éducation à la chasteté et à la sexualité est qu’elle doit se placer dans le cadre plus large de l'éducation à l'amour. Il ne suffit donc pas de communiquer des informations sur les relations sexuelles associées à des rappels de principes moraux objectifs. Il faut encore aider les consciences des jeunes, dans cette perspective de l’amour vrai, à la croissance de la vie spirituelle, afin que le développement biologique et les pulsions qu'ils commencent à ressentir se trouvent toujours accompagnées d'un amour sincère croissant pour Dieu Créateur et Rédempteur et d'une conscience toujours plus grande de la dignité de chaque personne humaine et de son corps.

Deuxièmement donner du sens à cette éducation qui doit porter des valeurs pour lesquelles il vaut la peine de se sacrifier. L'objectif de l'œuvre éducative est, pour les parents, et les éducateurs, de transmettre à leurs enfants et aux jeunes la conviction que la chasteté est possible dans leur état de vie propre et qu'elle apporte la joie, la paix. La joie vient de la conscience de la maturation et de l'harmonie de sa propre vie affective, qui, étant don de Dieu et don de l'amour, permet de réaliser le don de soi dans le cadre de sa propre vocation.

Troisièmement l’éducation ne sera jamais efficace si l’on ne construit pas, mais pour construire il faut tout d’abord poser les fondations de la construction. Ces fondations ce sont la grâce de Dieu et l’amour de Jésus-Christ.

La grâce de Dieu : l'aide de Dieu ne nous manque jamais, si chacun fait l'effort nécessaire pour correspondre à la grâce de Dieu. Les sacrements : si les enfants et les jeunes expérimentent les effets de la grâce et de la miséricorde de Dieu dans les sacrements, en particulier l’eucharistie et la réconciliation, ils seront en mesure de bien vivre la chasteté comme un don de Dieu, pour sa gloire et pour l'aimer, Lui et les autres hommes.

L'assistance ou direction spirituelle, même s'il n'est pas obligatoire qu'elle coïncide avec le rôle du confesseur, constitue une aide précieuse pour l'illumination progressive des étapes de la maturation et pour le soutien moral.

La lecture de livres de formation bien choisis et conseillés est d'une grande aide à la fois parce qu'elle offre une formation plus large et profonde et parce qu'elle fournit des exemples et des témoignages sur le chemin de la vertu.

Conclusion

Tout ce que nous avons dit est tellement important que de cette tâche éducative qui a sa place dans le dessein de Dieu, dans la structure même de la sexualité, dans la nature intime du mariage et de la famille, dépend en large part l'ordre moral et l'harmonie conjugale de la famille et, de ce fait, dépend aussi le bien même de la société. Pour cela nous comprenons bien pourquoi les différents lobbys travaillent à la destruction de la sexualité et de la famille : ils contribuent ainsi à la destruction de la société et une fois la société détruite, il n’y a plus de valeur, plus de histoire, plus d’avenir.

Je termine avec un texte de l’Apôtre Saint Paul très important qui fonde la tache éducative dans le domaine de la chasteté et en générale de la sexualité. C’est la Parole de Dieu. Puissions-nous la méditer, comprendre et mettre en pratique : « Tout m’est permis », dit-on, mais je dis : « Tout n'est pas bon ». « Tout m’est permis », mais moi, je ne permettrai à rien de me dominer. Les aliments sont pour le ventre, et le ventre pour les aliments ; or Dieu fera disparaître et ceux-ci et celui-là. Le corps n’est pas pour la débauche, il est pour le Seigneur, et le Seigneur est pour le corps ; et Dieu, par sa puissance, a ressuscité le Seigneur et nous ressuscitera nous aussi. Ne le savez-vous pas ? Vos corps sont les membres du Christ. Vais-je donc prendre les membres du Christ pour en faire les membres d’une prostituée? Absolument pas ! Ne le savez-vous pas ? Celui qui s’unit à une prostituée ne fait avec elle qu’un seul corps. Car il est dit : Tous deux ne feront plus qu’un. Celui qui s’unit au Seigneur ne fait avec lui qu’un seul esprit. Fuyez la débauche. Tous les péchés que l’homme peut commettre sont extérieurs à son corps ; mais l’homme qui se livre à la débauche commet un péché contre son propre corps. Ne le savez-vous pas ? Votre corps est un sanctuaire de l’Esprit Saint, lui qui est en vous et que vous avez reçu de Dieu ; vous ne vous appartenez plus à vous-mêmes, car vous avez été achetés à grand prix. Rendez donc gloire à Dieu dans votre corps » (1 Cor 6, 12-20).

 


[1] Conseil pontifical pour la famille, vérité et signification
de la sexualité humaine: des orientations pour l'éducation en famille, n. 22.

[2] Ibidem, n. 23.

[3] Ibidem, n. 55.

[4] Ibidem, n. 56.

[5] Ibidem, n.58.

[6] Ibidem, n. 32.

[7] Ibidem, n. 106-107.

Etiquetado en Morale, Jeunes

Comentar este post