QUI SONT ET QUE FONT LES SAINT?

Publicado en por P. Silvio Moreno, IVE

QUI SONT ET QUE FONT LES SAINT?
NOTE DU BLOG: nous publions l'homelie du P. Sergio Perez pour la solennité de tous les saints, le dimanche 1 novembre 2015.
Depuis longtemps les scientifiques envoient des signaux dans le cosmos, dans l’attente de réponses de la part d’êtres intelligents vivant sur une planète perdue. Depuis toujours l’Eglise dialogue avec les habitants d’un autre monde: les saints. C’est ce que nous proclamons lorsque nous disons: «Je crois à la communion des saints». S’il existait des êtres vivants en dehors du système solaire, la communication avec eux serait impossible car entre la question et la réponse il y aurait des millions d’années. Ici en revanche la réponse est immédiate car il existe un centre de communication et de rencontre commun qui est le Christ ressuscité.
1) Qui sont les saints?
Peut-être aussi en raison du moment de l’année auquel elle a lieu, la Toussaint a quelque chose de particulier qui explique sa popularité et les nombreuses traditions qui y sont liées dans certains secteurs du christianisme. Saint Jean explique pourquoi dans la deuxième lecture: «dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nous serons ne paraît pas encore clairement»; nous sommes comme l’embryon dans le sein de la mère, qui aspire à naître. Les saints sont ceux qui sont «nés» (en effet, la Liturgie appelle le jour de la leur mort «jour de naissance», dies natalis); les contempler, c’est contempler notre destin. Alors qu’autour de nous la nature se dépouille et les feuilles tombent, la fête de tous les saints nous invite à lever les yeux; elle nous rappelle que nous ne sommes pas destinés à nous décomposer dans la terre comme les feuilles.
L’Evangile d’aujourd’hui est celui des béatitudes. Le choix de ce passage a été motivé par une béatitude en particulier: «Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice: ils seront rassasiés!». Les saints sont ceux qui ont eu faim et soif de justice, c’est-à-dire, dans le langage biblique, de sainteté. Ils ne se sont pas résignés à la médiocrité, ils ne se sont pas contentés de demi-mesures.
La première lecture de la fête de la Toussaint nous aide à mieux comprendre qui sont les saints. Ce sont ceux qui ont «lavé leurs vêtements … dans le sang de l'Agneau». C’est à dire, la sainteté se reçoit du Christ; elle ne vient pas de nous. Dans l’Ancien Testament, être saint signifiait «être séparé» de tout ce qui est impur; dans le sens chrétien, cela signifie plutôt le contraire, c’est-à-dire «être unis», au Christ.
http://fr.wahooart.com/Art.nsf/O/8Y38A5/$File/Bernardo-Daddi-Madonna-and-Child-with-Sts-Matthew-and-Nicholas-3-.JPG
2) Qu’ont fait les saints, ici-bas, en cette vie, dans ce monde?
Pour savoir quelle est la voie de la sainteté, nous devons monter avec les Apôtres sur le Mont des Béatitudes, nous approcher de Jésus et nous mettre à l'écoute des paroles de vie qui sortent de sa bouche. Aujourd'hui aussi, Il répète pour nous: 
- Bienheureux ceux qui ont une âme de pauvres, car le Royaume des cieux est à eux! Le divin Maître proclame "bienheureux" -et, nous pourrions dire, "canonise"- tout d'abord ceux qui ont une âme de pauvres, c'est-à-dire ceux qui ont le cœur libre de tout préjugé et conditionnement, et qui sont donc totalement ouverts à la volonté divine. L'adhésion totale et confiante à Dieu suppose le dépouillement et  un  détachement cohérent de soi-même.
- Bienheureux les affligés! C'est non seulement la béatitude de ceux qui souffrent pour les nombreuses difficultés liées à la condition humaine mortelle, mais également de ceux qui acceptent avec courage les souffrances dérivant de leur condition de chrétiens, de la profession sincère de la morale évangélique. C’est la béatitude de ceux qui sont persécutés à cause du nom du Christ …
- Bienheureux les cœurs purs! Ceux qui sont proclamés bienheureux sont ceux qui ne se contentent pas de pureté extérieure ou rituelle, mais qui recherchent la droiture intérieure totale, qui exclut tout mensonge ou duplicité.
- Bienheureux les affamés et assoiffés de la justice! La justice humaine est déjà un but très élevé, qui ennoblit l'âme de celui qui le poursuit, mais la pensée de Jésus va vers une justice plus grande encore, qui se trouve dans la recherche de la volonté salvifique de Dieu: c'est surtout celui qui a faim et soif de cette justice qui est bienheureux. En effet, Jésus dit: "C'est en faisant la volonté de mon Père qu'on entrera dans le Royaume des cieux" (cf. Mt 7, 21).
- Bienheureux les miséricordieux! Bienheureux sont ceux qui vainquent la dureté de cœur et l'indifférence, pour reconnaître de façon concrète la primauté de l'amour plein de compassion, à l'exemple du bon Samaritain et, en dernière analyse, du Père "riche de miséricorde" (Ep 2, 4).
- Bienheureux les artisans de paix! La paix, synthèse des biens messianiques, est une tâche exigeante. Dans un monde qui présente de terribles antagonismes et tant d'obstacles, il faut promouvoir une coexistence fraternelle inspirée par l'amour et le partage, en surmontant les inimitiés et les oppositions. Bienheureux ceux qui s'engagent dans cette très noble entreprise!
Les saints sont ceux qui ont pris ces paroles de Jésus au sérieux. Ils ont cru que le "bonheur" leur serait donné du fait qu'ils les traduisaient dans leur existence. Et ils ont fait l'expérience de leur vérité en étant confrontés quotidiennement aux faits: malgré les épreuves, les périodes sombres, les difficultés, les échecs, ils ont goûté ici-bas la joie profonde de la communion avec le Christ. En Lui, ils ont découvert, présent dans le temps, le germe initial de la gloire future du Royaume de Dieu.
http://www.encalcat.com/images/boutique_fr/photo_1870T1.jpg
3) Que font les saints aux cieux?
Une question vient spontanément à l’esprit: Que font les saints au paradis? La réponse se trouve, ici encore, dans la première lecture: les sauvés adorent, jettent leurs couronnes devant le trône, et proclament: «Louange, gloire, sagesse et action de grâce…».
La véritable vocation humaine, qui est d’être la «louange de la gloire de Dieu» (cf. Eph 1, 14), se réalise en eux. Leur chœur est dirigé par Marie qui, au ciel, poursuit son cantique de louange: «Mon âme exalte le Seigneur». C’est dans cette louange que les saints trouvent leur béatitude et leur allégresse: «Mon âme exulte en Dieu». L’homme est ce qu’il aime et ce qu’il admire. En aimant et en louant Dieu, on s’identifie à Lui, on participe à sa gloire et à son bonheur à Lui.
"Amen! Louange, gloire, sagesse, action de grâces, honneur, puissance et force à notre Dieu, pour les siècles des siècles. Amen!" (Ap 7, 12).
Dans une attitude de profonde adoration pour la Très Sainte Trinité, nous nous unissons à tous les saints qui célèbrent éternellement la liturgie céleste pour répéter avec eux l'action de grâce à notre Dieu, pour les merveilles qu'il a accomplies dans l'histoire du salut.
Louange et action de grâces à Dieu pour avoir suscité dans l'Eglise une multitude immense de saints, que personne ne peut compter (cf. Ap 7, 9). Une multitude immense: non seulement les saints et les bienheureux que nous fêtons au cours de l'année liturgique, mais également les saints anonymes, que Lui seul connaît. Des mères et des pères de famille qui, en se dévouant quotidiennement à leur enfants, ont contribué de façon efficace à la croissance de l'Eglise et à l'édification de la société; des prêtres, des sœurs et des laïcs qui, comme des cierges allumés devant l'autel du Seigneur, se sont consumés dans le service envers leur prochain qui avait besoin d'aide matérielle et spirituelle; des missionnaires, hommes et femmes, qui ont tout quitté pour apporter l'annonce évangélique dans toutes les parties du monde. Et la liste pourrait se poursuivre encore …
Louange et action de grâces à Dieu, en particulier pour la plus sainte des créatures, Marie, aimée du Père, bénie à cause de Jésus, fruit de son sein, sanctifiée et devenue une créature nouvelle sous l'action de l'Esprit Saint. Modèle de sainteté pour avoir mis sa vie à la disposition du Très-Haut, Elle "brille déjà comme un signe d'espérance assurée et de consolation devant le Peuple de Dieu en pèlerinage" (Lumen Gentium, n. 68).
Chers frères et sœurs, dans quelques instants, dans la Préface, nous proclamerons que les saints sont pour nous des amis et des modèles de vie. Invoquons-les afin qu'ils nous aident à les imiter et engageons-nous à répondre avec générosité, comme ils l'ont fait, à l'appel divin.
Invoquons en particulier Marie, Mère du Seigneur et miroir de toute sainteté. Qu'Elle, la Toute Sainte, fasse de nous de fidèles disciples de son fils Jésus Christ! Amen.
 
P. Sergio Perez M. IVE

Etiquetado en Saints

Comentar este post