FORMATION CATHOLIQUE INTÉGRALE

Publicado en por P. Silvio Moreno, IVE

FORMATION CATHOLIQUE INTÉGRALE

LES JEUNES ET LA FORMATION CATHOLIQUE INTEGRALE

Quelques conseils de Saint Jean Paul II

Pour la recollection des catéchumènes à la lumière de petits textes de Saint Jean Paul dans des différents discours aux jeunes pendant son pontificat. Les textes du saint pape sont en italique, et le reste ce sont des petites explications faites par moi-même pour mieux faire comprendre aux jeunes étudiants subsahariens le riche contenu dans chacune des affirmations du saint pape.  

1. Témoins du Christ 

Il faut que notre objectif en tant que jeunes étudiants chrétiens soit clair et bien compris : « Vous êtes les disciples et les témoins du Christ dans l’université. Que la période universitaire soit donc pour vous tous un temps de grande maturation spirituelle et intellectuelle, qui vous conduise à approfondir votre rapport personnel avec le Christ ». Il s’agit d’une double maturation : dans l’esprit par la grâce et la relation avec Jésus-Christ et dans notre intelligence par la formation de la prudence et la prise de critères et de principes d’action selon l’évangile et selon l’enseignement de l’Eglise. 

Mais aussi conscients de notre faiblesse : « …si votre foi est simplement liée à des fragments de tradition, de bons sentiments, vous ne serez certes pas en mesure de supporter le choc avec le monde environnant "

-Un monde penché sur la sexualité et le déséquilibre affectif,

-Un monde attaché aux richesses et au matériel,

-Un monde loin des sacrifices et séduisant par la commodité.   

Quoi faire donc ?

1-« Cherchez donc à rester ancrés dans votre ‘identité chrétienne’ et enracinés dans la ‘communion ecclésiale’ ». Prendre conscience de mon identité chrétienne. Je suis chrétien et pas autre chose : disciple de Jésus-Christ. La communion ecclésiale veut dire l’Eglise, le pape, les évêques, les prêtres, leurs enseignements, leurs conseils, aussi ma paroisse.    

2-« Nourrissez-vous d’une prière assidue ». Dans la prière nous nous rendons disponibles au Seigneur qui peut agir en nous. Même si on ne ressent rien, même si on ne voit rien, on choisit de croire que la moindre minute offerte au Seigneur aura sa fécondité. Prenez le temps de prier ! Mais insistez surtout dans le dialogue avec notre Dieu qui est notre Père. Prenez le temps de lui demander la force de la foi et la persévérance dans la foi.  Prenez le temps d’écouter le Seigneur. Prenez le temps de demander la grâce d’un bon discernement. Peu importe combien de temps, mais priez tous les jours. Ce qui rend belle notre prière, c’est sa fidélité.

3-«Ne demeurez pas isolés dans des milieux qui sont souvent difficiles, mais participez activement à la vie des groupes et de la paroisse». Des milieux parfois hostiles à la foi. Cherchez toujours un confrère dans le Christ, ne restez jamais seuls. Le chrétien n’est jamais un snipper. Encouragez-vous donc les uns aux autres pour vous rapprocher de l’Eglise.

4-« Résistez à la tentation de la ‘médiocrité et du conformisme’. Laissez pour cela la loi de Dieu vous orienter dans vos études et dans votre activité professionnelle future ». Médiocre est celui qui est entre le grand et le petit, qui est moyen, aussi bien en quantité, qu’en qualité. C’est celui qui est intermédiaire entre le bon et le mauvais, mais plus à rapprocher du mauvais. Parole de Dieu : Je connais tes œuvres. Je sais que tu n’es ni froid ni bouillant. Puisses-tu être froid ou bouillant! Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n’es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche (Ap 3, 15-16). Conformiste est celui qui adopte, sans aucun discernement, une conduite conforme à celle qui est en usage dans le milieu où il vit, afin d’éviter d’une part le conflit entre deux opinions différentes (l’une exprimée par la majorité, l’autre exprimée ou représentée mentalement par le sujet en minorité) et d’autre part, éviter d’être rejeté par la majorité. Parole de Dieu : Je vous le dis, quiconque me confessera devant les hommes, le Fils de l’homme le confessera aussi devant les anges de Dieu; mais celui qui me reniera devant les hommes sera renié devant les anges de Dieu (Lc 1, 8-9).  

5-« Apprenez à écouter dans le ‘silence’ la voix de Dieu, qui parle au plus profond de chacun; n’ayez pas peur de l’engagement et du sacrifice qui exigent aujourd’hui un grand investissement de forces, mais qui sont la garantie du succès de demain ». Notre mode de vie moderne et agitée, laisse très peu de place au silence. La plupart de nos contemporains sont effrayés par le silence, ils ont peur de se retrouver face à eux-mêmes et ainsi n’ont aucune espèce de vie intérieure, vivant à la surface d’eux-mêmes et ne recherchant jour après jour que les plaisirs d’une vie superficielle. Combien d’adolescents avouent qu’ils ne supportent pas le silence, qu’ils ont besoin de musique, d’internet, du constant téléphone afin d’être communiqué. Mais on ne recherche pas le silence pour lui-même, le silence est un moyen de s’ouvrir aux autres et à notre créateur. Par contre, le silence est indispensable pour goûter la présence de Dieu en soi et se rendre attentif à sa voix. Car le silence est un vide nécessaire que Dieu va pouvoir remplir de sa présence. C’est là le but du silence : faire une place à Dieu, se taire pour se mettre à son écoute. Le silence permet la maîtrise de soi, de son corps, de ses pensées, il permet d’écarter toute idée étrangère pour se fixer en Dieu. Jeunes n’ayez jamais peur du silence !

2. Revalorisation de la foi

a. Ferme décision de la volonté et maturation : Aux jeunes ivoiriens le pape disait : « …cessez de penser que la foi chrétienne est bonne seulement pour les enfants et les gens simples… La foi n’est pas un joli vêtement pour le temps de l’enfance. La foi est un don de Dieu, un courant de lumière et de force qui vient de Lui, et doit éclairer et dynamiser tous les secteurs de la vie. Décidez-vous à prendre les moyens d’une formation religieuse personnelle. Profitez des aumôniers et des animateurs mis à votre disposition». (Messe pour les étudiants de Côte d’Ivoire, Yamoussoukro, 11 mai 1980).

Il est important ici réfléchir sur la valeur de l’étude du catéchisme (et de la foi chrétienne) en suivant les conseils du pape émérite Benoit XVI (introduction au Youcat). Le catéchisme « …ne vous flatte pas; il ne vous offre pas de solutions faciles; il exige de vous une nouvelle vie… Pour cela, je vous le demande: étudiez le catéchisme avec passion et persévérance! Sacrifiez votre temps pour cela! Étudiez dans le silence de votre chambre, lisez-le à deux, si vous êtes amis, formez des groupes et des réseaux d’étude, échangez avec d’autres vos idées sur Internet… ».

« Vous devez connaître votre foi avec la même précision avec laquelle un spécialiste en informatique connaît le système d’exploitation d’un ordinateur; vous devez la connaître comme un musicien connaît son morceau; oui, vous devez être bien plus profondément enracinées dans la foi que la génération de vos parents, pour pouvoir résister avec force et détermination aux défis et aux tentations de ce temps. Vous avez besoin de l’aide de Dieu, si vous ne voulez pas succomber à la tentation de la société de consommation, si vous ne voulez pas que votre amour se noie dans la pornographie, si vous ne voulez pas trahir les faibles et les victimes d’abus et de violence ».

b. Formation intégrale de toute notre personne : « …Il faut fournir une ‘formation intégrale’, capable de préparer les jeunes à la vie: un enseignement qui les éduque à assumer de façon responsable leur rôle dans la famille et dans la société avec une compétence non seulement professionnelle, mais également humaine et spirituelle ». Formation intégrale de toute notre personne : notre sensibilité, notre affectivité, notre volonté, notre intelligence, notre spiritualité.  

c. Faire l’expérience de Jésus-Christ : « Vous êtes invités à approfondir sans cesse vos raisons de croire, et surtout ‘à faire connaissance avec Dieu tel qu’il s’est révélé en Jésus-Christ’. C’est l’objet de vos catéchèses, de vos réunions, de vos révisions de vie, de vos lectures, de vos retraites, de votre prière… ». Pour un jeune en recherche d’un idéal, genreux et courageux, le Christ peut et doit être la racine de son agir, l’axe central et le point de constante référence de ses penses, de ses décisions, de son compromis avec le bien. Cherchez donc le Christ et accueillez-le. Celui qui le suit ne marche pas dans le ténèbres.

P. Silvio Moreno, IVE 

Etiquetado en Jeunes

Comentar este post