PRIERE DE DELIVRANCE

Publicado en por P. Silvio Moreno, IVE

PRIERE DE DELIVRANCE

Le P. Amorth dit que les prières de libération du pouvoir du mal sont très importantes pour délivrer une personne même si celles-ci ne sont pas forcément possédées par le démon car elles ont un double effet, c'est pourquoi elles sont parfois plus efficaces que les exorcismes. Il faut faire la différence entre les prières de libération non-liturgiques, qui ne se trouvent pas dans les livres liturgiques, et les prières de libération liturgiques comme celles du rituel pour les exorcismes et celles de guérison: sacrements des malades.

Nous parlerons ici des prières de délivrance non-liturgiques. Dans les cas présumé de dérangement du mal ne nécessitant pas une guérison, elles sont particulièrement adaptées. Dans les cas considérés comme «mineurs», ces prières peuvent être suffisantes pour la délivrance, les exorcismes étant réservés seulement aux cas les plus graves.

Mais, puisque l’Eglise n’a jamais donné un rituel officiel pour les prières de libération, il faut toujours faire attention, surtout dans les milieux charismatiques, à ne pas se détourner du bon chemin.

La Congrégation pour la Doctrine de la Foi, dans son instruction sur les prières pour obtenir de Dieu la guérison[1] (nous l’appliquons aussi à la libération), nous met en garde et nous conseille:

« Art. 5 - § 1. Les prières de guérison non-liturgiques doivent être faites selon des modalités différentes des célébrations liturgiques, par exemple des rencontres de prière ou de lecture de la Parole de Dieu. La vigilance de l'Ordinaire du lieu reste requise selon le canon 839, §2.

§ 3. Il est en outre nécessaire que, durant leur déroulement, on n'en vienne pas, surtout de la part de ceux qui les dirigent, à des formes semblables à l'hystérie, à l'artificialité, à la théâtralité ou au sensationnalisme.

Art. 9. – Ceux qui conduisent les célébrations de guérison, liturgiques ou non-liturgiques, doivent essayer de maintenir dans l'assemblée une atmosphère de dévotion sereine et doivent garder la prudence nécessaire si des guérisons surviennent parmi les assistants; ils pourront recueillir avec soin et simplicité, à la fin de la célébration, les éventuels témoignages et soumettre le fait à l'autorité ecclésiastique compétente.

Art. 10. – L'évêque diocésain doit nécessairement intervenir avec son autorité quand il y a des abus dans les célébrations de guérison liturgiques et non-liturgiques, en cas de scandale évident pour la communauté des fidèles, ou quand il y a de graves manquements aux normes liturgiques et disciplinaires. »

 Dans une lettre du 29 septembre 1958, la même congrégation déclare : « Depuis quelques années, dans certains cercles ecclésiaux, se multiplient les réunions de prière qui visent à obtenir la délivrance de l’influence des démons, même s’il ne s’agit pas là d’exorcismes proprement dits ; ces réunions se déroulent sous la conduite de laïcs, même si un prêtre est présent. Puisque l’on a demandé à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi ce qu’il faut penser de ces faits, ce dicastère pense qu’il est nécessaire de porter à la connaissance de tous les Ordinaires la réponse suivante:

« 1. Le canon 1172 du Code de Droit Canonique déclare que personne ne peut légitimement prononcer des exorcismes sur des possédés s’il n’a pas obtenu de l’Ordinaire du lieu une permission particulière et expresse (par. 1), et détermine que cette permission ne doit être accordée par l’Ordinaire du lieu qu’à un prêtre qui se distingue par sa piété, sa science, sa prudence et l’intégrité de sa vie (par. 2). Les évêques sont donc instamment priés d’insister sur l’observation de ces prescriptions.

2. De ces prescriptions, il s’ensuit qu’il n’est pas même permis aux fidèles d’employer la formule d’exorcisme contre Satan et les anges déchus, qui est tirée de la formule publiée par mandat du Souverain Pontife Léon XIII, et encore moins d’employer le texte intégral de cet exorcisme. Les évêques doivent en avertir les fidèles si cela est nécessaire.

3. Par ailleurs, pour les mêmes raisons, les évêques sont priés de veiller à ce que – même dans des cas qui, bien qu’ils excluent une véritable possession diabolique, semblent cependant révéler une certaine influence diabolique – ceux qui n’ont pas le pouvoir nécessaire ne dirigent pas des réunions dans lesquelles on fait usage de prières pour obtenir la délivrance, au cours desquelles les démons sont directement interpellés et où l’on cherche à connaître leur nom.

L’exposé de ces normes ne doit cependant absolument pas détourner les fidèles de prier pour que, comme Jésus nous l’a enseigné, ils soient libérés du mal (cf. Mt 6,13). En outre, les pasteurs pourront utiliser l’occasion qui leur est offerte pour rappeler ce qu’enseigne la tradition de l’Église en ce qui concerne la fonction propre des sacrements et de l’intercession de la bienheureuse Vierge Marie, des anges et des saints, dans le combat spirituel des chrétiens contre les esprits mauvais ».

Le P. Cipriano de Meo affirme que la prière d’exorcisme de Léon XIII a été «placée parmi celles qui doivent être dites UNIQUEMENT par les prêtres, particulièrement les exorcistes. Ce qui signifie qu’en soi, elle ne peut pas être récitée par un laïc. Il ne faut pas perdre de vue que cette prière dérange l’ennemi et déclenche sa colère, ce qui peut se révéler très dangereux pour un laïc, qui n’a pas les mêmes moyens qu’un prêtre pour lutter contre le démon: c’est pourquoi l’Eglise interdit au laïc le recours à cette prière ! Le Rosaire est pour un laïc la meilleure “arme” pour lutter contre le mal. La Sainte Vierge le répète d’ailleurs lors de ses différentes apparitions. Lors des Messes d’exorcisme que je pratique, je demande à l’assistance de prier le Rosaire et après chaque dizaine, d’entonner un chant en l’honneur de Marie. Les réactions des personnes possédées sont réellement virulentes, ce qui prouve la puissance du Rosaire. Au troisième mystère, nous invoquons, en chantant, l’Esprit Saint. Les réactions des victimes du démon sont encore plus fortes. Après la récitation du Rosaire et l’invocation à l’Esprit Saint, je débute alors les prières d’exorcisme. C’est un véritable combat qui est mené contre le mal. Il est souvent terrible de voir des personnes qui blasphèment, frappent, vomissent et se roulent par terre »[2].

1. Prière pour obtenir la guérison intérieure[3]

Seigneur Jésus qui êtes venu guérir les cœurs blessés et éprouvés je Vous prie de guérir tous les traumatismes qui ont pu troubler le mien. Je Vous prie, en particulier, de guérir ceux qui sont cause de péché. Je Vous demande d’entrer dans ma vie, de me guérir des traumatismes psychiques qui ont pu blesser ma petite enfance, et des blessures qu’ils ont provoquées tout au long de ma vie.

Seigneur Jésus, Vous savez mes difficultés. Je les dépose toutes dans votre Cœur de Bon Pasteur. Je Vous prie, par la grande plaie ouverte dans votre Cœur, de guérir les petites blessures qui sont dans le mien. Guérissez les blessures de mes souvenirs afin que rien de ce qui m’est arrivé ne me laisse dans la douleur, dans l’angoisse, ni en préoccupation.

Guérissez, Seigneur, toutes les blessures qui, dans ma vie, ont été cause ou racine du péché. Je veux pardonner à tous ceux qui m’ont offensé ; regardez ces blessures intérieures qui m’empêchent de pardonner. Vous qui êtes venu guérir les cœurs affligés, guérissez mon cœur. Accordez-moi la guérison des douleurs qui m’oppressent au souvenir de la mort de personnes qui m’étaient chères. Faites que je puisse retrouver la paix et la joie dans la certitude que Vous êtes la Résurrection, de votre victoire sur le péché et sur la mort, et de votre présence vivante au milieu de nous.

2. Nouveau rituel d’exorcisme (deuxième appendice)[4]

1. Seigneur Dieu, aie pitié de moi ton serviteur. À cause de la multitude de ceux qui me tendent des embûches je suis devenu comme un vase perdu. Arrache-moi à la main de mes ennemis et sois à mes côtés afin de rechercher celui qui était perdu, de remettre debout celui que tu as retrouvé et n’abandonne pas celui que tu as restauré; ainsi je pourrai te plaire en toutes choses et connaître que tu m’as libéré avec puissance. Par le Christ notre Seigneur. Amen.

2. Dieu Tout-Puissant, Tu fais habiter dans ta maison ceux qui étaient abandonnés et Tu conduis vers le bonheur ceux qui étaient enchaînés. Vois mon affliction, lève-toi et viens à mon secours, remporte la victoire sur mon ennemi infâme, domine la présence de l’Adversaire et accorde-moi la liberté et le repos. Ainsi rendu à une dévotion tranquille je pourrai proclamer tes merveilles à Toi qui accorde la force de ton peuple. Par le Christ notre Seigneur. Amen.

3. Dieu, créateur et défenseur du genre humain, Toi qui as formé l’homme à ton image et qui l’as recréé plus merveilleusement encore par la grâce du Baptême, regarde-moi qui suis ton serviteur et sois favorable à mes supplications. Que se lève en mon cœur la splendeur de ta gloire afin que sans crainte, peur ni terreur, d’un esprit et d’une âme sereins, je puisse Te louer avec mes frères dans ton Église. Par le Christ notre Seigneur. Amen.

4. Dieu, auteur de toutes miséricordes et de tout bien, Tu as voulu que pour nous ton Fils subisse le supplice de la Croix afin de repousser loin de nous le pouvoir de l’Ennemi. Regarde avec faveur ma faiblesse et ma douleur et viens, je T’en prie, vaincre les assauts du Malin et remplir de la grâce de ta bénédiction celui que Tu as renouvelé dans la fontaine baptismale. Par le Christ notre Seigneur. Amen.

5. Dieu, Tu as voulu que par l’adoption de ta grâce je devienne un fils de la Lumière. Accorde-moi, je t’en prie, que je ne sois plus enveloppé dans les ténèbres des démons et que je puisse demeurer toujours dans la splendeur de la liberté que j’ai reçue de Toi. Par le Christ notre Seigneur. Amen.

3. La médaille de Saint Benoit

Un autre sacramental qui est particulièrement efficace contre le diable est la médaille de Saint Benoît. Le prêtre doit utiliser la forme longue de la prière à Saint Benoît, qui contient une prière d’exorcisme. C’est la seule médaille dans l’Église catholique qui ait une prière d’exorcisme imprimée. Elle commence ainsi: «Vos Exorcizo, Numismata, ...» (Je vous exorcise médaille), demandant à la Sainte Trinité d’éliminer toute la puissance de l’ennemi. Puis : «Fiant ómnibus ut, Qui eis usuri sunt, salus mentis et corporis» (Que tous ceux qui l’utilisent aient la santé de l’esprit et du corps). La médaille contient des initiales inscrites qui forment une prière d’exorcisme, comme indiqué ci-dessous.

Dans les angles de la croix se trouvent ces quatre lettres : CSPB pour les mots : Crux Sancti Patris Benedicti - «La Croix du Saint-Père Benoît». Sur la barre verticale de la croix elle-même, on trouve les lettres : CSSML, et sur ​​la barre horizontale de la croix : NDSMD. Ils signifient : Crux Sacra Sit Mihi Lux, Non Draco Sit Mihi Dux - «Que la sainte Croix soit ma lumière. Ne laisse pas le dragon être mon guide».

Tout autour sur la marge de la médaille, à partir de la droite sur le dessus, les lettres suivantes : VRSNSMV - SMQLIVB pour les versets : Vade Retro, Satana ! Nunquam Suade Mihi Vana. Sunt Mala Quae Libas ; Ipse Venena Bibas - «Retire-toi, Satan ne me propose pas des vanités. La coupe que tu offres est le mal ; Bois ton propre poison».

Bénédiction de la médaille de Saint Benoît

Ici le prêtre procède à la bénédiction de la médaille :

V. Notre secours est dans le nom du Seigneur

R. Qui a fait le ciel et la terre.

Au nom de Dieu le Père Tout-Puissant +, qui a fait le ciel et la terre, les mers et tout ce qui est en eux, j'exorcise ces médailles contre le pouvoir et les attaques du malin. Que tous ceux qui utilisent ces médailles dévotement soient bénis pour la santé de l'âme et du corps. Au nom du Père + Tout-Puissant, de son Fils + Jésus-Christ notre Seigneur, et du + Esprit Saint Paraclet, et dans l'amour du même Seigneur Jésus-Christ qui viendra le dernier jour pour juger les vivants et les mort, et le monde par le feu. R. AMEN

Prions. Dieu tout-puissant, source infinie de toutes les bonnes choses, nous vous demandons humblement, que, par l’intercession de Saint Benoît, vous versiez vos bénédictions + sur ces médailles. Que ceux qui les utilisent dévotement et sincèrement s’efforcent de faire de bonnes œuvres, soient bénis par vous avec la santé de l’âme et par l’aide de votre amour miséricordieux, résistent aux tentations du Malin et s’efforcent d’exercer une vraie charité et la justice envers tous, de sorte qu’un jour ils puissent apparaître sans péché et saints dans votre vue. Nous vous le demandons par le Christ notre Seigneur. R. AMEN

Les médailles sont ensuite aspergées d’eau bénite.

4. Supplique à Saint Michel archange

Saint Alphonse Marie de Liguori en parlant de la dévotion à Saint Michel comme signe de prédestination explique :

« La raison est, dit-il, que Saint Michel, aimant beaucoup le salut de ses pieux serviteurs, ne souffrira pas qu’une âme qui conserve envers lui une dévotion particulière, tombe dans la disgrâce de Dieu ; il lui obtiendra la force de résister aux attaques de l’enfer. Si malheureusement cette âme est tombée par le passé dans quelque faute grave, dès qu’elle se recommande à ce puissant protecteur, il lui obtiendra facilement la grâce du pardon et de la persévérance ; car l’Eglise atteste que, lorsqu’on honore Saint Michel, on participe à ses bienfaits et aux prières qu’il ne cesse d’adresser pour ceux qui le servent, afin de pouvoir les conduire au royaume des cieux… S’il est salutaire en tout temps de prier Saint Michel, n’est-il pas nécessaire, à l’heure présente, de recourir à sa puissante intercession, de demander à ce glorieux vainqueur de Lucifer, à ce porte-étendard du Christ, de défendre l’Eglise et nous-mêmes dans la lutte terrible, acharnée, des ennemis de Dieu contre la religion et nos âmes ? Il appartient à celui qui a précipité dans l’enfer Satan et les esprits rebelles, de nous obtenir la victoire en ce nouveau combat ».

Le dimanche du Bon Pasteur 24 avril 1994, le Saint-Père Jean-Paul II a vivement recommandé « la pratique quotidienne de la prière à l’Archange Michel, instaurée par Léon XIII » : « Saint Michel Archange, défendez-nous dans le combat; soyez notre secours contre la malice et les embûches du démon. Que Dieu lui fasse sentir son empire, nous vous en supplions. Et vous, Prince de la Milice céleste, repoussez en enfer, par la force divine, Satan et les autres esprits mauvais qui rôdent dans le monde en vue de perdre les âmes. Amen ».

Litanies de Saint Michel Archange

Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Esprit Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Sainte Mère de Dieu, priez pour nous.

Sainte Marie, Reine des des Anges, priez pour nous.

Saint Michel archange, priez pour nous.

Saint Michel, miroir d’humilité, priez pour nous.

Saint Michel, terreur des démons, priez pour nous.

Saint Michel, rempli de la Sagesse divine, priez pour nous.

Saint Michel, parfait adorateur du Verbe divin, priez pour nous.

Saint Michel, couronné d’honneur et de gloire, priez pour nous.

Saint Michel, porte-étendard de la Sainte Trinité, priez pour nous.

Saint Michel, gardien du Paradis, priez pour nous.

Saint Michel, lumière des anges, priez pour nous.

Saint Michel, force de ceux qui combattent sous l’étendard de la Croix, priez pour nous.

Saint Michel, lien de la charité fraternelle, priez pour nous.

Saint Michel, secours très assuré, priez pour nous.

Saint Michel, notre aide dans toutes nos adversités, priez pour nous.

V. Priez pour nous, ô glorieux saint Michel, prince de l’Eglise de Jésus-Christ.

R. Afin que nous puissions être dignes de ses promesses.

Prions

Seigneur Jésus-Christ, sanctifiez-nous par une bénédiction toujours nouvelle et accordez-nous, par l’intercession de Saint Michel archange, cette sagesse qui nous enseigne à amasser des trésors dans le ciel et à échanger les biens du temps contre ceux de l’éternité. Vous qui vivez et régnez, avec le Père, dans l’unité du Saint-Esprit, pour les siècles des siècles. Amen.

Recourons donc à saint Michel; prenons la pieuse habitude de l’invoquer souvent; prions-le, dans nos défaillances, dans nos tentations, de nous défendre contre la malice de nos ennemis; de nous découvrir leurs pièges, leurs artifices ; de nous rendre insensibles à leurs séductions et sourds à leurs perfides insinuations; réclamons surtout son assistance pour le moment de la mort.

P. Silvio Moreno, IVE


[1] Congrégation pour la Doctrine de la Foi, Instruction sur les prières pour obtenir de Dieu la guérison, 14 septembre 2000. 

[2] Cf. P. Cipriano de Meo, dans le journal l’Appel du Ciel, n.13, juin 2009, p. 15-18.

[3] Selon le Père Gabriel Amorth.

[4] Pour dire en privé par les fidèles. Ces prières auront toujours un caractère personnel, c’est-à-dire que serons prié pour la personne elle-même et non pas en faveur d’une autre personne.

 

Etiquetado en Liturgie, Prieres

Comentar este post