MISSION CHRETIENNE IMPERATIF DE VIE

Publicado en por P. Silvio Moreno, IVE

MISSION CHRETIENNE IMPERATIF DE VIE

La mission chrétienne : impossible de renoncer

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 10,1-12.17-20. En ce temps-là, parmi les disciples, le Seigneur en désigna encore soixante-douze, et il les envoya deux par deux, en avant de lui, en toute ville et localité où lui-même allait se rendre. Il leur dit : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. Allez ! Voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. Ne portez ni bourse, ni sac, ni sandales, et ne saluez personne en chemin. Mais dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : “Paix à cette maison.” S’il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui ; sinon, elle reviendra sur vous. Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l’on vous sert ; car l’ouvrier mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison. Dans toute ville où vous entrerez et où vous serez accueillis, mangez ce qui vous est présenté. Guérissez les malades qui s’y trouvent et dites-leur : “Le règne de Dieu s’est approché de vous.” Mais dans toute ville où vous entrerez et où vous ne serez pas accueillis, allez sur les places et dites : “Même la poussière de votre ville, collée à nos pieds, nous l’enlevons pour vous la laisser. Toutefois, sachez-le : le règne de Dieu s’est approché.” Je vous le déclare : au dernier jour, Sodome sera mieux traitée que cette ville. Les soixante-douze disciples revinrent tout joyeux, en disant : « Seigneur, même les démons nous sont soumis en ton nom. » Jésus leur dit : « Je regardais Satan tomber du ciel comme l’éclair. Voici que je vous ai donné le pouvoir d’écraser serpents et scorpions, et sur toute la puissance de l’Ennemi : absolument rien ne pourra vous nuire. Toutefois, ne vous réjouissez pas parce que les esprits vous sont soumis ; mais réjouissez-vous parce que vos noms se trouvent inscrits dans les cieux. »

***********

Benoit XVI écrivait : « Le mandat de diffuser l’annonce de cet amour a été confié par Jésus aux apôtres après sa résurrection, et les apôtres, transformés intérieurement le jour de la Pentecôte par la puissance de l’Esprit Saint, ont commencé à rendre témoignage au Seigneur mort et ressuscité. Depuis, l’Eglise poursuit cette même mission, qui constitue pour tous les croyants un engagement permanent auquel il est impossible de renoncer »[1].

Quelle mission pour nous aujourd’hui, chrétiens du XXI siècle ?  

1. Préparation à la mission

 -Prise de conscience de mon identité personnelle avec le Christ : « qui vous écoute m’écoute, qui vous rejette me rejette ; et qui me rejette rejette Celui qui m’a envoyé » (Lc 10, 16).

 - Prière. D’abord une prière personnelle afin de se préparer à la mission et ensuite une prière au Maitre de la moisson parce qu’il est évident que le monde à évangéliser est énorme et les ouvriers : les prêtres, religieux et laïques, sont peu nombreux. Remarquons qu’il s’agit d’une action qui engage aussi les laïques.

2. La Mission : il s’agit de prêcher, de témoigner de la présence du Règne de Dieu dans ce monde. Christ par bien deux fois le redit : « dites aux gens le Royaume de Dieu est tout proche ».

           -Règne de paix : Pas la paix que le monde peut donner (les commodités, les attachements, les plaisirs, l’orgueil, etc.), mais une paix spirituelle, c’est-à-dire le fait d’aider les autres à vivre dans la grâce de Dieu et donc le fait de vivre moi-même dans la grâce de Dieu. Seulement une âme qui est en grâce de Dieu peut avoir la vraie paix qui vient de Dieu.

           -Règne de justice : non pas de justice sociale comme beaucoup voulaient y croire. La justice biblique se traduit par sainteté, c’est-à-dire l’invitation à une conduite de vie à laquelle nous sommes tous appelés et cela par l’humilité, la pauvreté et la simplicité.

           -Règne d’amour par la charité : « La religion pure, écrit Saint Jacques dans sa lettre, et sans tache devant Dieu notre Père consiste en ceci : visiter les orphelins et les veuves dans leurs épreuves et se garder de toute souillure du monde » (Jc 1, 27). C’est-à-dire le vécu concret de la miséricorde à travers les ouvres de miséricorde corporelles et spirituelles et la séparation de tout ce qui vient du monde et qui pourrait nous détourner de notre mission.

3. Les fruits de la Mission. Il y en a trois, mais le dernier est le plus important.

           - Soumission du démon et destruction du péché, parce qu’il est l’auteur du péché. « Je voyais Satan tomber du ciel comme l’éclair » (Lc 10, 18).

           - La joie spirituelle pour le missionnaire lui-même : « Sans l’avoir vu vous l’aimez… vous tressaillez d’une joie indicible et pleine de gloire, sûr d’obtenir l’objet de votre foi : le salut des âmes » (1 Pr 1, 8).

           -Le plus important : « mais réjouissez-vous parce que vos noms se trouvent inscrits dans les cieux». Le P. Prat nous donne un détaille intéressant : « il y a deux livres où sont inscrits les noms des amis de Dieu : le livre de la prédestination, dont aucun nom ne sera jamais rayé, et le livre de la science actuelle, toujours sujet à révision. De quelle manière le nom des disciples est-il inscrit au livre des justes et tous les disciples présents reçoivent-ils l’assurance que leur nom n’en sera jamais effacé ? C’est le secret de Dieu ».

Apres l’épisode que nous avons rapporté, ils disparaissent et rentrent dans l’ombre. Saint Eusèbe nous assure qu’au IV siècle il n’en existait pas de liste autorisée. Celles qu’on fabriqua tardivement, en les attribuant à des noms illustres sont dénuées de toute valeur historique. Il est cependant naturel d’y ranger saint Mathias, qui devait compléter le nombre de Douze, ainsi que son compétiteur Joseph Barsabbas, surnommé Justus, car l’un et l’autre avaient suivi le Sauveur dès le principe. On y joindra sans doute Barnabé, le collaborateur de saint Paul, à cause du rôle qu’il joua dans l’Eglise primitive (P. Prat, Jésus-Christ).

 

 « Priez le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers »[2]

 

Père saint, source intarissable de l'existence et de l'amour,
qui montres dans l'homme vivant la splendeur de ta gloire,
et qui déposes dans son cœur la semence de ton appel,
fais que personne, par notre négligence, n'ignore ou ne perde ce don,
mais que tous puissent marcher avec grande générosité
vers la réalisation de ton Amour.

Seigneur Jésus, qui durant ton pèlerinage sur les routes de la Palestine,
as choisi et appelé les apôtres
et leur as confié la tâche de prêcher l'Évangile,
de paître les fidèles, de célébrer le culte divin,
fais que, aujourd'hui aussi, ton Église ne manque pas
de prêtres saints qui portent à tous
les fruits de ta mort et de ta résurrection.

Esprit Saint, toi qui sanctifies l'Église
avec l'effusion constante de tes dons,
mets dans le cœur des appelé(e)s à la vie consacrée
une passion intime et forte pour le Règne,
afin qu'avec un « oui » généreux et inconditionné
ils mettent leur existence au service de l'Évangile.

Vierge très Sainte, toi qui sans hésiter
t'es offerte toi-même au Tout-Puissant
pour la réalisation de son dessein de salut,
suscite la confiance dans le cœur des jeunes
afin qu'il y ait toujours des pasteurs zélés,
qui guident le peuple chrétien sur la voie de la vie,
et des âmes consacrées capables de témoigner
par la chasteté, la pauvreté et l'obéissance,
de la présence libératrice de ton Fils ressuscité.
Amen.

 

P. Silvio Moreno, IVE

 

 

[1] Benoit XVI, Message pour la journée mondiale des missions 2006.

[2] Saint Jean-Paul II, Message pour la 38ème Journée de prière pour les vocations, 06/05/2001.

 

Etiquetado en homélie

Comentar este post