UN RAYON DE LUMIERE DANS UN MONDE TENEBREUX (HISTOIRE VERIDIQUE)

Publicado en por P. Silvio Moreno, IVE

UN RAYON DE LUMIERE DANS UN MONDE TENEBREUX (HISTOIRE VERIDIQUE)

Je voudrais vous raconter cette histoire, qui est un rayon de lumière dans un monde ténébreux. Après avoir eu connaissances du cas « Charlie Gard » et de son triste aboutissement, je suis tombé sur cette histoire réelle et récente qui inspire, encourage et nous montre que la mort n’a pas le dernier mot et que c’est Dieu le maître et Seigneur de la vie. En effet, l’Eglise nous enseigne : « La vie humaine est sacrée parce que, dès son origine, elle comporte l’action créatrice de Dieu et demeure pour toujours dans une relation spéciale avec le Créateur, son unique fin. Dieu seul est le maître de la vie de son commencement à son terme : personne en aucune circonstance ne peut revendiquer pour soi le droit de détruire directement un être humain innocent » (CDF, instr. « Donum vitæ » intr. 5).

Voici donc l’histoire de ce couple chrétien britannique. Il s’agit d’un mari dévoué et véritablement amoureux qui a refusé de provoquer l’euthanasie à son épouse en coma et maintenant elle a accouché une belle fille après un rétablissement quasi «miraculeux».

Beatrice Way, aujourd’hui 42 ans, subi en 2011 un accident cérébrovasculaire et une crise cardiaque à cause d’une maladie cardiaque que la laissa dans le coma. Son mari, Alexandre, fut sollicité par les médecins à déconnecter Beatrice des appareils qui la maintenait en vie et à faire donation de ses organes. Mais il refusa catégoriquement. Cinq ans plus tard, Beatrice fait un rétablissement étonnant, et, malgré les conseils des médecins contre une grossesse, devienne maman d’une très belle petite fille : la preuve de leur amour et de la puissance divine. Ils ont décidés de faire seulement confiance à Dieu et à sa volonté.

Alexander se souvient encore du terrible moment où les médecins de l’Hôpital Princess Alexandra de Harlow, Essex, lui ont dit que Beatrice ne vivrait plus longtemps et qu’il fallait la déconnecter : « J’ai été stupéfait, en colère et j’ai cru qu’ils mettaient fin à la vie de ma femme sans envisager d’autres traitements et possibilités ». « J’étais exigeant pour que on puisse faire davantage ». Cependant, les médecins ont insisté sur le fait que Beatrice avait très peu de réponse cérébrale et qu’il n’y avait aucun moyen pour qu’elle puisse améliorer. « Si elle se réveille, disait-ils, elle ne parlera peut-être plus et elle sera également aveugle ». Mais la résistance de son mari est encore plus assuré : « En termes clairs, je leur ai dit : Vous ne déconnectez pas la vie de ma femme ! ». Grace à Dieu les médecins ont pris les protestations d’Alexander au sérieux. Béatrice fut transférée dans une unité neurochirurgicale pour être traitée par des chirurgiens spécialistes du cerveau qui ont accepté de faire une opération pour sauver sa vie. Ce fut une véritable réussite. En 4 semaines elle se reprit merveilleusement.  

Beatrice ne se souvient que de l’arrêt cardiaque et du moment où elle se réveille à l’hôpital : « Nous déménageons dans notre maison à Ugley. Je me sentais mal et je tombais, mais j’ai réussi à appeler Alexander. J’ai montré tous les signes d’un accident cérébrovasculaire et Alexander m’a aidé jusqu’à ce que les ambulances arrivèrent et m’emmenèrent à l’hôpital ». « L’autre souvenir, dit-elle encore, fut le jour où je me suis réveillé quatre semaines plus tard à l’hôpital. Je suis tellement reconnaissant à Alexander d’avoir interpelé les médecins qui pensaient que je ne vivrais plus. Il m’a sauvé la vie ».

Pendant neuf mois après avoir quitté l’hôpital, Beatrice s’occupa de son rééducation. Elle a été aidée à chaque étape par une équipe de physiothérapie à Cambridge. Et, plutôt que de rester aveugle comme prévu par la première équipe médicale, elle voie parfaitement et elle conduit aussi. Et son rêve de devenir une maman, malgré l’opinion contraire des médecins, a été réalisée en juin 2016 quand elle a donné naissance à Rosemary. Beatrice affirme : « Notre fille est pour nous le rappel de la présence de Dieu dans notre vie et de la grâce que nous avons eue ».

Alexander tient à partager son histoire pour que d’autres en soient inspirés: « Espérons que notre expérience donnera aux gens la confiance de savoir qu’il est toujours possible d’espérer lorsque leurs proches sont gravement malade. Il est essentiel d’explorer toutes les options avant d’accepter les décisions de la vie et de la mort concernant les êtres chers ».

« Je n’ai aucun doute que la prière nous a soutenus dans nos jours les plus sombres. Il était très important pour nous d’être unis dans la prière. Je suis vraiment béni d’avoir Beatrice et Rosemary ». « Nous devons le miracle de la vie de Béatrice et de Rosemary à Dieu. Rosemary est, pour nous, un témoignage vivant du pouvoir de la prière ».

 

Voir l’article au complet en anglais.

http://www.mirror.co.uk/news/uk-news/devoted-husband-refuses-switch-wifes-10900064

 

Etiquetado en Morale, Famille

Comentar este post