LA FOI ET LA SCIENCE SONT-ELLES COMPATIBLES?

Publicado en por P. Silvio Moreno, IVE

LA FOI ET LA SCIENCE SONT-ELLES COMPATIBLES?

« Aujourd’hui, par la science et la technique, l’homme a tendu sa maitrise sur presque toute la nature et ne cesse de l’étendre. L’Eglise, gardienne du dépôt de la parole divine désire joindre la lumière de la révélation à l’expérience de tous pour éclairer le chemin ou l’humanité vient de s’engager ».  Concile VaticanII, Gaudium et spes33.

ON ENTEND DIRE…

La religion est un obstacle à la science et au progrès ; elle empêche les gens d’évoluer.

La foi et la religion est devenue inutile car les sciences seront bientôt en mesure de résoudre toutes les difficultés.

Il est impossible d’être en même temps un vrai savant et un fidèle chrétien.

Certains scientifiques sont tellement pris par leurs recherches qu’elles leur suffisent. Ils ne pensent plus qu’à elles. Dans leur cœur, la foi n’a plus de place.

Ce que les hommes découvrent par la science, Dieu l’avait déjà annoncé dans les écritures.

CE QUE DISENT LES CHRETIENS…

Le mot foi désigne ici la foi chrétienne. L’histoire des rapports entre foi et la science est très mouvementée, jalonnée de crises, de rejets mutuels, mais aussi d’enrichissements réciproques.

1. Des approches différentes de la réalité

La SCIENCE est un effort de l’homme pour explorer le monde et chercher à connaitre comment il est fait. Elle s’appuie avant tout sur la raison, d’où sa rigueur et sa précision. Elle fait aujourd’hui des pas de géant. Pourtant, elle se heurte sans cesse à des limites, car la réalité se révèle de plus en plus complexe et insaisissable : plus la science connait de choses, plus elle découvre l’immensité de ce qu’elle ignore encore. Aujourd’hui plus que jamais, elle se doit d’être humble et modeste.

La FOI est la confiance que l’homme fait à Dieu pour accueillir, comme une bonne nouvelle, ce qu’il veut nous révéler des mystères de la mort et de la vie, du sens ultime de l’existence. Tout en respectant rigueur et cohérence, la foi est avant tout accueil d’une Parole et réponse à cette Parole vivante. Pour les chrétiens, Jésus est cette Parole vivante, qui vient changer la vie et donner un sens nouveau à l’existence. Ce qui met la foi en mouvement, ce n’est pas d’abord la raison, mais l’amour de Dieu.

2. Des conflits possibles

Ils peuvent venir de la science lorsque, par la rigueur de sa démarche, elle prétend s’imposer à tous les domaines de la vie. Comme si elle était seule capable de répondre aux grandes questions des hommes! Du même coup, la foi religieuse se trouve ramenée à quelque chose d’inutile, d’infantile, ou même de ridicule.

A l’inverse, le conflit peut venir de la foi qui, sous prétexte de donner le sens de l’existence, prétend demander à la science la seule confirmation de ce que Dieu révèle. Dans cette perspective, tout effort scientifique qui ne vient pas soutenir la foi est considéré comme inutile ou erroné. La science ne serait valable que si elle est au service de la foi.

En fait, science et foi ne sont aucunement concurrentes « la foi est différente de la preuve : l’une est humaine et l’autre est un don de Dieu » (Pascal- Pensée 602).

3.     Un enrichissement mutuel

Foi et science peuvent d’abord se soutenir, chacune aidant l’autre à réussir. Ainsi une connaissance approfondie des langues anciennes, de l’histoire et de la culture orientale permet de mieux comprendre le message de la Bible et de s’en nourrir. De même, la passion d’un biologiste chrétien pour ses frères les hommes peut stimuler sa recherche et accélère des découvertes. «La science peut purifier la religion de l’erreur et de la superstition. La religion peut purifier la science de l’idolâtrie et des faux absolus, chacune peut mener l’autre dans un monde plus large". (Saint Jean-Paul II)

Surtout, l’une et l’autre sont appelées ensemble à servir l’homme. Chacune à sa manière, elles aident l’homme à répondre à la grande question de son existence, celle du sens de la vie. Chacune à sa manière, la foi et science conduisent l’homme à décider, à faire l’expérience de sa liberté, à donner sens à son existence, à se rapprocher de Dieu, le créateur de l'univers.

CE QUE FONT LES CHRETIENS…

Tout effort humain pour un meilleur savoir grandit l’homme. C’est une façon pour lui de « dominer la terre » (Gn, 1,28). Loin de mépriser le travail de la science, les chrétiens sont appelés à s’y engager avec enthousiasme à la mesure de leur vocation, de leurs foi. Ils ont à considérer la tâche, importante pour le royaume de Dieu. Aujourd’hui, comme aux temps passés, de grands scientifiques sont de chrétiens.

Pour autant appelés à respecter l’autonomie de la science et à ne pas faire intervenir la foi pour modifier le processus normal d’une expérience ou fausser un résultat. La méthode scientifique s’impose à tous, et le croyant s’honore en respectant tout aussi scrupuleusement que le croyant. Par contre, les chrétiens doivent poser aux savants des questions ou bien d’en empêcher le processus, chaque fois que leurs découvertes risquent de mettre en danger la grandeur ou la dignité de l’homme, la réalité de la loi naturelle, la sauvegarde ou la beauté de la création. C’est ainsi que certains chrétiens appartiennent à des comités d’éthique dans le cadre d’un hôpital, d’une région ou d’une nation ; ils ont là un rôle important à jouer. Sans imposer leur point de vue, ils y témoignent de leur foi et leur espérance.

Surtout, les chrétiens sont invités à s’émerveiller devant les magnifiques découvertes de la science. Ils sont appelés à reconnaitre que les œuvres de la vérité sont faites pour aimer et à réconcilier la vérité avec l’amour, des hommes et de Dieu. Il revient aux chrétiens de faire remonter l’effort de la science vers Dieu.

PAROLE DE FOI

« La science est une des plus belles activité parmi celles qui sont proposées à l’homme. Mais nous sommes assurés que, malgré sa grandeur, la science ne peut et ne pourra jamais résoudre tous les problèmes. La signification dernière de l’univers et l’existence humaine l’échappe. Nous sommes assurés également que l’orientation vers le bien ou le mal de la marche de l’humanité requiert une attitude religieuse qui dépasse le plan scientifique. Nous pensons aussi que rien dans la poursuite des vérités scientifiques et dans les résultats qu’elle apporte n’est en opposition avec une conception chrétienne du monde. Notre connaissance de la science nous permet du reste de connaitre avec plus de profondeur certains  des problèmes religieux. La science, qui nous donne une compréhension toujours plus ample de l’univers, nous oblige à une compréhension plus profonde du mystère chrétien ».

Manifeste de l’Union Catholique de Scientifique français

 

Etiquetado en Foi et Science

Para estar informado de los últimos artículos, suscríbase: