MARTHE ET MARIE ET LES SOUCIS DE LA VIE

Publicado en por P. Silvio Moreno, IVE

MARTHE ET MARIE ET LES SOUCIS DE LA VIE

Cette expression est sortie de la bouche même de Jésus (Luc 21/34) qui nous met ainsi en garde contre les effets négatifs qu'ont les soucis sur notre état d'esprit et notre vie. Est-il possible de vivre sans soucis ? Qui n'a jamais été inquiet, préoccupé, soucieux ? Il semble que personne n'en soit épargné et que le proverbe : "Enfants petits, petits soucis ; enfants grand, grands soucis", soit le lot de chacun. C’est la pédale de l’accélérateur qui transforme notre vie en course infernale.

Certes, nous avons tous nos préoccupations et nos craintes, mais gardons-nous néanmoins de ne pas nous créer des soucis imaginaires, des incidents que nous anticiperions, des inquiétudes forgées de toutes pièces par notre imagination. Quelqu'un a dit : " Le souci est un vieillard à la tête courbée portant un fardeau de plumes qu'il croit être du plomb", et John Neal, écrivain américain, a écrit : " Les soucis ressemblent à des fauteuils à bascule ; ils vous agitent beaucoup, mais ne vous conduisent nulle part". Donc les soucis ne peuvent pas nous éloigner du Seigneur, ne peuvent pas nous éloigner de l’accomplissement de la volonté de Dieu, ne peuvent pas nous détourner de l’amour du Seigneur, ne peuvent pas remettre en question l’amour provident de Dieu qui s’occupe de chacun de nous.

En effet Jésus, dans la parabole du semeur, nous avertissait déjà que les soucis de la vie peuvent étouffer la semence de la Parole de Dieu. En envoyant ses apôtres en mission, Jésus leur recommande de ne pas se soucier de leur nourriture et de leur vêtement. Il répétera avec force qu’il ne faut pas laisser « alourdir le cœur par les soucis de la vie ».   

Donc ce que Jésus condamne en Marthe, ce n’est pas son travail et son service de charité, mais son énervement, sa crispation, son stress comme on dit aujourd’hui. Il nous répète : « Gardez votre paix intérieure et votre liberté ». Pour cela Marie a choisi la meilleur part ; celle d’ajouter le Seigneur

Si les soucis envahissent votre esprit, Jésus peut vous conduire sur le chemin de la paix et vous rendre serein et tranquille ! En effet la Parole est là pour nous exhorter à regarder en haut et nous encourager, afin que notre foi soit fortifiée : « Rejetant sur lui tout votre souci, car il a soin de vous » (1 Pierre 5:7). Dieu a « soin de nous » ! Il nous en assure, le croyons-nous ou en doutons-nous ? Puisqu’Il a « soin de nous », ne Lui ferons-nous pas confiance ? Ne sait-Il pas ce qui nous est bon et utile, ne le sait-Il pas mieux que nous ? Combien nous devrions être heureux de pouvoir tout Lui remettre, de « rejeter sur lui tout notre souci » et d’attendre en paix le secours qu’Il nous enverra au moment opportun. Nous connaissons bien l’exhortation de l’apôtre aux Philippiens : « Ne vous inquiétez de rien, mais, en toutes choses, exposez vos requêtes à Dieu par des prières et des supplications avec des actions de grâces ; et la paix de Dieu, laquelle surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées dans le christ Jésus » (Phil. 4:6, 7).

Ne ratez pas donc la chose la plus importante… celle que Marie a choisie…

P. SILVIO MORENO, IVE

Etiquetado en homélie, Jésus-Christ

Para estar informado de los últimos artículos, suscríbase: