HISTOIRE DE LA DEVOTION AU SACRE COEUR DE JESUS

Publicado en por P. Silvio Moreno, IVE

HISTOIRE DE LA DEVOTION AU SACRE COEUR DE JESUS

Histoire de la dévotion au Sacré Cœur de Jésus[1]

 

XVIIème siècle

Le culte liturgique : Saint Jean Eudes. Le premier développe la symbolique de l'amour de Dieu le Père, présent dans le Cœur de chair du Christ, fait homme : tous les grands mystères du christianisme, Jean Eudes les découvre dans le Cœur divin. Il compose le premier Office du Sacré-Cœur, et établit en 1672 la fête du Sacré-Cœur dans les maisons de son Institut.

Le culte public : Sainte Marguerite-Marie Alacoque, sœur visitandine de Paray-le-Monial (1647 - 1690). Les révélations privées du Christ à Marguerite-Marie de 1673 à 1675. Les visions de la sainte dépassent sa personne, et sont destinées à l'Eglise entière. Dans ces révélations, l'accent est mis sur l'importance de la Réparation expiatrice et de la Consécration.

Ces révélations sont publiés pour la première fois en 1684 dans un livre appelait « Retraite Spirituelle » écrit par Saint Claude de La Colombière (+1682), prêtre jésuite et directeur spirituel de Marguerite Marie. Ce livret publié après la mort de saint Claude, fut le point de départ de l'expansion formidable que connaîtra la dévotion dès le XVIIIème siècle.

Notons toutefois que les premiers temps sont difficiles.

- Une première tentative de Marguerite-Marie en vue d'honorer le Sacré-Cœur de Jésus en 1685 soulève une tempête d'indignation dans sa communauté.

- De même, la première tentative pour faire admettre par Rome la fête du Sacré-Cœur échoue en 1697.

- Le livre du Père Croiset sur la dévotion au Sacré-Cœur est mis à l’index en 1704 (la mise à l'index, pour cette édition, ne sera retirée qu'en 1887).

- Le 16 décembre 1702, Clément XI, dans une Bulle spéciale en faveur des monastères de la Visitation, autorise la dévotion aux religieuses de ces monastères.

- A la fin du 17ème siècle, plusieurs diocèses en France établissent la fête du Sacré-Cœur dans toutes les églises de leur diocèse et près de 700 Confréries du Sacré-Cœur sont fondées de 1690 à 1740, essentiellement par des membres de la Compagnie de Jésus, qui reçoivent l'approbation de Rome.

- 1765, suite à la présentation par les évêques polonais de cette dévotion, Clément XIII accorde aux évêques de Pologne et à l’Archiconfrérie romaine la permission de célébrer la fête du Sacré-Cœur.

La même année, la reine Marie Leczinska adresse aux évêques de France une lettre où elle leur demande d'établir dans leurs diocèses la fête du Sacré-Cœur. Ceux-ci se rendent à ses vœux, par courrier du 14 août 1765.

- Mais seulement en 1856 le pape Pie IX, étend la fête du Sacré-Cœur à l’Eglise universelle. C’est aussi ce pape qui béatifie Marguerite-Marie Alacoque, le 19 août 1864, et qui bénit le projet d'édification de la Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre à Paris.

- En 1860 le couvent de sœurs de la rue de Sèvres (Chanoinesses de Saint-Augustin) à Paris avait une grande dévotion au Sacré-Cœur et Angèle de Sainte Croix, grande élève de Notre Dame des Oiseaux, eut l’intuition de demander à l’archevêque de Paris de consacrer le mois de juin au Sacré-Cœur, comme le mois de mai l’était pour Marie depuis longtemps déjà. Vu que la fête du Sacré Cœur se fêtait en juin, cela a été accepté par l’archevêque et institué quelques années plus tard par le pape pour l’Église universelle.

- En 1899, Léon XIII consacre solennellement l’ensemble du genre humain au Cœur très Saint de Jésus avec l’Encyclique Annum Sacrum.

- Le 13 mai 1920, le pape Benoit XV canonise Marguerite Marie.

- En 1929, le pape Pie XI décide de la composition d’une nouvelle messe en l’honneur du Sacré Cœur. Dans ce nouvel office liturgique, le Saint-Siège fait pour la première fois explicitement mention du lien entre le message de Paray-le-Monial et la fête du Sacré-Cœur[2]. Par la suite le même pape publiera l’encyclique Miserentissimus Redemptor, véritable petite somme théologique du Sacré-Cœur.

- En 1956 enfin, Pie XII avec l'Encyclique Haurietis Aquas rappelle « qu’on doit attribuer au Sacré-Cœur le même culte d’adoration dont l’Eglise honore la personne même du Fils de Dieu incarné ». 

Depuis 2002, la Journée de prière pour la sanctification des prêtres a lieu le jour de la Fête du Sacré-Cœur.

 


[1] Cf. Jean-Claude Prieto de Acha, Le Sacre Cœur de Jésus, deux mille ans de miséricorde, Paris 2008. Nous présentons ici un résumé de la partie historique de cette étude. Voir aussi l’année liturgique de Dom Granguer.

[2] Cf. Édouard Glottin, La Bible du Cœur de Jésus, Paris 2007, p. 255.

Etiquetado en Eglise, Jésus-Christ, Liturgie

Para estar informado de los últimos artículos, suscríbase: